MESSAGES

Tout au long de la période des vacances, LA ROSE DES SABLES vous propose "LA PLAYLIST DE LA ROSE DES SABLES" et des REDIFFUSIONS D…

Lire la suite

Toute la chanson française, des plus grands classiques à la nouvelle scène désormais sur TSF98 de 9h00 à 10h et de …

Lire la suite

Dès lundi 3 octobre, le meilleur de la Pop et du Rock chaque jour entre 17h10 et 18h sur TSF98 dans Vibrations Musicales - Les Légendes …

Lire la suite

A partir du lundi 3 octobre, les playlists de TSF 98 évoluent, Nouvelle programmation musicale chaque jour de 15h00 à 18h00 ré…

Lire la suite

La playlist de misique classique de TSF98

Voir l'émission

Shoot Again, c'est votre émission de Musique indée, artistes majeurs (dans leur influence) et/ou oubliés, internationnaux, na…

Voir l'émission

Emission 100% Black music.   https://www.facebook.com/blacksessiontsf98/  

Voir l'émission

Valeur sûre du Stade Malherbe Caen dans le secteur défensif, à un poste d'arrière droit où il n'a pas vraiment de concurrence, Frédéric Guilbert s'est imposé comme l'un des chouchous du public caennais. Le joueur de 22 ans, natif de Valognes et formé à Caen jusqu'à ce qu'il soit prié d'en partir en 2013, estime pourtant qu'il devrait apporter davantage...   L'ancien bordelais, transféré à Caen cet été pour quatre ans après le prêt extrêmement concluant de la saison dernière, livre une analyse sans concession de son début de championnat. « Je peux largement mieux faire. J'étais en-dedans contre Metz et Nantes, j'en suis conscient. » Un sentiment que partage Patrice Garande, même s'il s'accompagne d'une évidente confiance. « Il peut faire bien mieux, sur le plan offensif comme défensif, compte tenu de la forme qu'il a. Il est débarrassé de tout souci physique, ce qui n'était pas le cas la saison dernière. »    L'entraîneur caennais attend plus d'apport près du but de la part de son latéral, dans une équipe dont le jeu tend à pencher à gauche ces derniers temps. « Je fais les appels qu'il faut, je n'y peux rien si ça  joue plus de l'autre côté », sourit le manchois. En revanche, le numéro 21 ne s'exonère pas de tout reproche à un poste directement concerné par les remaniements tactiques décidés cette saison. « Il y a beaucoup de choses que je faisais l'année dernière et que je ne fais pas cette année. Cela faisait longtemps que je n'avais pas joué dans une défense à quatre. J'ai des repères à retrouver. »   "J'ai tenu ma parole"   Malgré l'intransigeance de son auto-critique, Frédéric Guilbert n'en demeure pas moins un rouage important et un modèle de combativité dans le dispositif caennais. Revenu « par la grande porte » après le départ subi il y a quatre ans, quand il n'avait pas été conservé et avait rebondi à Cherbourg en CFA, l'ancien international espoir fait partie de ces joueurs autour desquels Caen a cherché à (re)construire. Il était l'incontestable priorité de ses nouveaux dirigeants durant le mercato estival, après son retour de prêt à Bordeaux. « J'aurais pu partir ailleurs le dernier jour mais j'ai tenu ma parole auprès de Monsieur Fortin, qui a joué un grand rôle dans ma signature. »   Ancien capitaine chez les jeunes, Frédéric Guilbert est amené à voir son leadership grandir dans le club qu'il a fréquenté une première fois de 12 à 18 ans. « C'est trop tôt pour dire que je suis un cadre, mais j'essaie de prendre les choses en main quand je peux. Je suis les anciens et j'écoute. J'espère devenir quelqu'un ici. » À 22 ans – il prendra 23 ans le 24 décembre – Frédéric Guilbert a probablement une solide marge de progression.

Lire…

Vainqueur inattendu de son premier match de championnat à Créteil, dans le sillage d'une préparation très convaincante, le Caen Handball espère confirmer demain à Istres. Dans cette perspective, les Vikings pourront s'appuyer sur leur arrière gauche et demi-centre Nenad Zeljic (1m90), arrivé cet été en provenance d'Israël.     Au premier abord, le personnage peut paraître un peu bourru avec sa barbe drue et ses sourcils broussailleux. « Au début, il ne souriait pas trop... », confirme à demi-mots Denis Serdarevic. Un mois et demi après son arrivée, Nenad Zeljic véhicule une toute autre impression. Jamais le dernier pour plaisanter, sourire en bandoulière, il est qualifié de « charmant, doux et attentionné » par son vice-président. « C'est un mec étonnant », estime même Thomas Lamora.      Le Serbe de 27 ans est une des nombreuses recrues de l'intersaison caennaise. C'est Dragan Mihailovic, son compatriote d'entraîneur, qui est allé le chercher cet été après de longues recherches. « On cherchait un joueur assez polyvalent et qui défendait bien, explique Thomas Lamora. On en avait sélectionné deux. Nenad est celui qui avait le plus de cartes dans son jeu. » Caen a donc jeté son dévolu sur ce joueur encore jeune et néanmoins doté d'une réelle expérience. Passé par la D1 bosnienne, où il a disputé deux coupes d'Europe entre 2011 et 2013, le natif de Belgrade a ensuite fréquenté le championnat polonais après un essai à Chartres en 2013.    Première expérience française   Sa carrière a toutefois pris un virage assez inattendu la saison dernière, quand il a quitté cette terre de handball pour rejoindre... Israël. « Il y avait des problèmes économiques dans mon club polonais, justifie-t-il. Nous n'étions plus payé. J'ai dû trouver autre chose et j'ai pris ce qu'il y avait... » Les connexions entre l'ex-Yougoslavie et le petit pays du Proche-Orient ont fait le reste. Le soleil et la mer n'ont toutefois pas suffi à convaincre le puissant arrière de rester là-bas. Nenad Zeljic avait d'autres plans. « J'avais la volonté de jouer en France. Ici, tu ne dois te préoccuper que de ton jeu, pas des à-côtes. Il y a une sécurité de l'emploi qu'on ne retrouve pas partout ailleurs. »      Nenad Zeljic et les Vikings, qui devaient renforcer le poste d'arrière gauche après avoir laissé partir Léo Renaud-David et Hamdi Mizouni, se sont donc bien trouvés. « Le fait de pouvoir échanger directement avec Dragan a facilité les premières discussions et mon envie de venir ici, concède le solide gaillard. Les attentes des uns et des autres ont été exprimées très clairement dès le départ. » Habitué au haut niveau dans les pays de l'est, Nenad Zeljic n'avait plus qu'à s'adapter à un autre handball, pas forcément meilleur, mais manifestement plus rythmé. « Je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi rapide et costaud », reconnaît le droitier.    "Sa force, c'est de savoir un peu tout faire"   L'acclimatation n'a pourtant pas traîné. Après quelques matchs amicaux, Nenad Zeljic démontrait déjà une jolie partie de son répertoire. « C'est d'abord un garçon qui défend bien, ça c'était très important pour nous. Il est bon dans les duels et performant dans le tir de loin. C'est aussi quelqu'un qui sait jouer avec le pivot et s'adapter à plusieurs types de défense. Sa force, c'est de savoir un peu tout faire », estime Thomas Lamora. Un point de vue que partage Denis Serdarevic, lequel voit même quelques atouts supplémentaires chez son camarade. « Il très complet et peut donc apporter sur tous les points, souligne le gardien but, traducteur d'interviews à ses heures perdues. En attaque, c'est un joueur très propre et précis dans ce qu'il fait. C'est calculé presque au millimètre. On a vu aussi qu'il prenait ses responsabilités quand il le fallait. Il est très intelligent dans son jeu. En défense, il est costaud, grand et très actif. »     Contre Vernon, lors du dernier match de préparation, Nenad Zeljic a marqué cinq des sept derniers buts de son équipe dans la victoire 20-18, provoquant également un penalty durant ce laps de temps. À Créteil, pour l'ouverture de la Proligue, c'est lui qui a inscrit l'ultime but caennais, celui qui a permis de préserver une petite longueur d'avance au buzzer final (29-28). « Je me suis bien intégré, mais je pense que je peux faire mieux. Je n'ai pas encore tous les automatismes. C'est à l'image de l'équipe. Nous ne sommes pas encore à 100 %. Mais il y a de la qualité et certainement moyen de faire quelque chose de bien cette saison. Je ne suis pas inquiet. »    Enchaîner à Istres   Arrière gauche ou demi-centre, en rotation avec les Espagnols Adrian Rosales et David Garcia, Nenad Zeljic va encore monter en puissance dans un collectif caennais où le grand remaniement de l'été semble avoir été bénéfique. C'est en tout cas à souhaiter, puisque Caen enchaînera demain soir à Istres, humilié par Dijon vendredi dernier, et déjà sous pression. « C'est une grosse équipe du championnat, qui sera désireuse de prendre sa revanche. Mais on aborde chaque match pour le gagner. » Et Nenad Zeljic est déjà précieux pour passer des paroles aux actes. 

Lire…

Le Stade Malherbe jouera un match amical pendant la trêve internationale le vendredi 6 octobre (19h00). Les Caennais affronteront Quevilly, dix-huitième de Ligue 2, à Dives. À noter par ailleurs que l'équipe réserve, dans laquelle évolueront les pros n'ayant pas joué contre Amiens, accueillera une équipe mixte d'Avranches, qui mélangera elle aussi A et B, dimanche après-midi (15h00).

Lire…

Opéré aujourd'hui du tendon d'Achille, Alexander Djiku sera tenu éloigné des terrains de Ligue 1 pendant deux mois. Son retour est espéré pour la réception de Nice le 18 novembre. Si le timing est respecté, l'ex-bastiais manquera six matchs.   Un coup dur pour le Stade Malherbe, également privé pour le moment de Christian Kouakou, Stef Peeters et Jeff Louis. Stef Peeters sera le plus vite de retour parmi les trois hommes. Il est arrêté pour dix jours encore. Christian Kouajou en a pour, au pire, trois semaines. Il loupera les matchs d'Amiens et de Rennes. Enfin, Jeff Louis a quitté Clairefontaine pour revenir sur Caen, mais il ne faut que trottiner. L'international haïtien souffre des genoux.

Lire…

Les Photos

Contactez Nous

TSF 98
(Contact web)
  • 325 - Centre Commercial, Quartier des Belles Portes 14200 Hérouville Saint Clair contact@tsf98.com
  • 09.54.60.60.00