Les informations en direct de Radio France Internationale.

Voir l'émission

VIBRATIONS MUSICALES (17h10- 18h00) : TSF98 vous propose 50mn quotidienne d'info autour de vos sorties, de l'actualité c…

Voir l'émission

BONJOUR !   Tous les jeudis START une emission musicale et à textes avec des rubriques , des speciales, de la musique internationale…

Voir l'émission

1 HEURE DE MUSIQUE DETENTE 1 VENDREDI PAR MOIS DE 23H00 A MINUIT   

Voir l'émission

La hiérarchie a été respectée mardi soir en demi-finale de l’Open de Caen. Roberto Bautista Agut et David Ferrer se sont qualifiés pour la finale, programmée ce mercredi soir, en dominant respectivement Corentin Moutet et Benoît Paire.   Roberto Bautista Agut est le premier à avoir décroché son ticket en affichant toute sa maîtrise et son sérieux devant Corentin Moutet. Très concentré, à l’inverse de son adversaire toujours aussi prolixe, l’Espagnol a fait valoir toute sa régularité dans cette rencontre a priori très déséquilibrée. Il a marqués deux fois moins de coups gagnants que Corentin Moutet (13 contre 26) mais a commis nettement moins de fautes. Le Français n’a jamais été en mesure d’y croire, notamment parce que son adversaire a rapidement breaké dans les deux manches, alors lui-même n’a converti aucune de ses cinq balles de break. « Il m’a appris ce que c’était d’être un joueur professionnel, reconnaît humblement le joueur de 18 ans. Il a maîtrisé la partie de A à Z. Du début à la fin, il était dans son match. » Roberto Bautista Agut s’est imposé 6-2, 6-3.   En finale, il affrontera un compatriote et grand ami, David Ferrer. Beaucoup plus souriant et détendu, même s’il a prouvé sur le court qu’il n’était pas à Caen pour rigoler, l’ancien numéro 3 mondial a d’abord souffert face à Benoît Paire. Il a perdu le premier set 6-3, victime d’un Paire agressif, très bon au service et efficace. Le Français s’était pourtant fait breaker dès son premier jeu de service. Une douleur ressentie au dos à la fin de la première manche a toutefois eu de lourdes conséquences dans le deuxième set, perdu 6-0 malgré un dernier jeu extrêmement accroché. L’intervention du kiné juste avant avait sûrement rassuré le numéro 41 mondial. Benoît Paire a bien entamé un troisième set spectaculaire, mais il a cédé quand David Ferrer a accéléré. « Contre David, ce n’est jamais une bonne soirée, a-t-il lâché dans un sourire micro en main. Merci aux supporters, j’espère que je vous reverrai. » Benoît Paire s’est de nouveau mis le public dans la poche par son jeu, d’abord, et ses habituelles facéties. Il s’incline finalement 3-6, 6-0, 6-2.     La finale entre Roberto Bautista Agut et David Ferrer, première finale 100 % espagnole à Caen, débutera vers 20h15 ce mercredi soir.

Lire…

Football. Monaco 2 – 0 Caen, 8ème de finale de la Coupe de la Ligue. La dernière fois que les Caennais ont rencontré Monaco en Coupe de la Ligue, c’était en 2005 lors d’une demi-finale mémorable qui leur avait ouvert les portes du Stade de France pour une finale contre Strasbourg. A l’heure du coup d’envoi dans un stade Louis 2 qui sonnait creux, la question pouvait se poser : l’histoire allait-elle se répéter ?   Mais une carrière en coupe de la Ligue est-elle vraiment la priorité des deux clubs ? Si l’on en juge par la composition des équipes et le turn over choisi par Patrice Garande, qui devait également faire face aux absences, et son homologue Léonardo Jardim, on est en droit d’en douter fortement. Dommage ! Dommage pour le spectacle et dommage pour les Malherbistes qui, avec leurs meilleurs atouts, auraient pu se qualifier !   À l’issue d’un match souvent ennuyeux car manquant de rythme et de folie (joli euphémisme !) Monaco a fait le travail, en inscrivant un but par mi-temps. Rien à redire, la victoire est logique, car les équipiers de Raggi se sont procuré plus de situations chaudes devant le but adverse, mais ils n’ont jamais donné l’impression d’être irrésistibles. On peut même se demander comment la partie aurait tourné si Kouakou avait transformé la première occasion du match, une occasion qu’il s’est créée tout seul en éliminant Fabinho mais qu’il gâcha en tentant une frappe précipitée alors qu’il semblait pouvoir aller défier le gardien monégasque. À mettre dans la colonne « regrets », comme l’erreur de Sankoh quelques minutes plus tard à l’origine du premier but de l’ASM. Une passe interceptée par Rony Lopes, un service vers Carillo et une frappe appuyée pour un but décisif.   Néanmoins à la pause, l’espoir demeurait encore dans le camp caennais. Effectivement, avec Rodelin à la place de Santini, les Normands semblèrent décidés à refaire leur retard. Sans grand danger toutefois pour les Monégasques qui se contentaient de contrôler le jeu en maitrisant parfaitement les velléités adverses. La formation caennaise n’a jamais abdiqué mais n’a jamais sonné la révolte non plus, et en toute fin de match, son manque d’hardiesse allait être logiquement sanctionné par un but superbe de Falcao, lobant depuis le rond central le malheureux Samba trop avancé.   Dans les rangs malherbistes, il faudra vite oublier cette sortie en demi-teinte et se plonger dans la préparation de la réception de Guingamp. L’enjeu sera tout simplement d’éviter une quatrième défaite consécutive…   Fiche technique Arbitre : M. Leonard Buts : Monaco : Carillo (33è), Falcao (85è) Avertissements : Monaco : Raggi (40è) ; Caen : Diomandé (24è), Santini (43è)   Les compos : Monaco : Benaglio, Touré, Glik, Raggi, Kongolo, Fabinho puis Moutinho (70è), N’Doram, Ghezzal, Lopes puis Lemar (61è), Diakhaby, Carillo puis Falcao (75è) SM Caen : Samba, Guilbert, Diomandé puis Da Silva (32è), Djiku, Mbengue, Sankoh, Kouakou, Delaplace, Peeters, Avounou puis Nkololo (70è), Santini puis Rodelin (46è) 

Lire…

Tennis de table. Miramas 3 – 1 Caen, 8ème journée de Pro B. Victime d’un He Cheng Zhiwen toujours aussi performant, le Caen TTC s’est incliné au terme d’une rencontre serrée, ce mardi soir. Caen ramène un point et probablement un peu de frustration.   Les Caennais ont perdu deux matchs à la belle, et par deux points d’écart dans le jeu décisif. C’est d’abord Marcos Madrid qui s’est incliné face à He Cheng Zhiwen après avoir mené deux sets à un. Il a perdu les deux dernières manches 13-11 et 11-9. Rageant ! Le double a subi la même sanction lors du troisième match. Lui aussi avait mené 2-1 avant de se faire dominer 12-10 à la belle. Doublement rageant ! Entre temps, Jakub Kosowski avait confirmé son regain de forme actuel en dominant Zheng Junge 3-1.   Après la victoire de He Cheng Zhiwen puis du double, Miramas était en position idéale au moment où débutait la troisième rencontre. Elle opposait en effet son leader, l’increvable He Cheng Zhiwen, au numéro 3 caennais, Julien Piétropaoli. Il n’y a pas eu d’exploit. L’Espagnol n’a laissé qu’une manche au français (3-1). À 55 ans, He Cheng Zhiwen continue d’impression. Il n’y a décidément qu’au tennis de table qu’on peut voir pareille prouesse !   Sixième, Caen terminera la phase aller le 30 janvier contre la surpuissante équipe de Saint-Denis, huit victoires en huit matchs disputés cette saison.   He Cheng Zhiwen 3 – 2 Marcos Madrid (11-8, 7-11, 7-11, 13-11, 11-9) Zheng Junge 1 – 3 Jakub Kosowski (11-8, 7-11, 9-11, 9-11) Double Miramas 3 – 2 Double Caen (6-11, 11-4, 9-11, 11-6, 12-10)   He Cheng Zhiwen 3 – 1 Julien Piétropaoli (11-5, 9-11, 11-4, 11-7)

Lire…

C'est une première réussie ! L'Open féminin du Calvados a séduit le public normand. Lundi, la finale entre Audrey Albié et Elina Svitolina a donné lieu à une belle finale remportée avec maîtrise par la numéro 6 mondiale, mais pas aussi facilement qu'on aurait pu l'imaginer (7-5, 6-2).   Extrêmement offensive, quitte à alterner coups gagnants et fautes directes, la Française a parfois donné du fil à retordre à sa prestigieuse adversaire. Quand Elina Svitolina a breaké pour mener 2-1 dans la première manche, Audrey Albié a pris à son tour son service dans la foulée. Le très bon début de match de la tricolore ne manque pas d'être salué par des spectateurs enthousiastes. La prise de risque constante est payante jusqu'à 5-5, moment où l'Ukrainienne décide de passer la vitesse supérieure. Sur une faute, comme un symbole, Audrey Albié perd son service et laisse Elina Svitolina conclure facilement (7-5). « Le premier set n'est pas passé très loin, observe la jeune femme originaire du Périgord. Ça s'est joué sur des points importants. Elle n'est pas sixième mondiale pour rien. Elle a su gérer les moments importants mieux que moi. C'est dommage parce qu'il y a eu pas mal de possibilités. Je me suis trop précipitée. J'ai peut-être voulu en mettre un peu trop. C'est le manque d'expérience de matchs à ce niveau-là. »   Elina Svitolina a ensuite déroulé plus aisément dans le deuxième set, malgré un bon départ de son adversaire (2-2). Le gros service proposé par Audrey Albié ne l'a sauvée qu'un temps. Elina Svitolina a fait la différence en breakant à 2-2, et Audrey Albié ne l'a plus jamais revue. Elle perd 7-5, 6-2 contre une joueuse au sourire contagieux. « Je suis très chanceuse d'être la première femme vainqueur ici, apprécie l'Ukrainienne. J'espère pouvoir revenir l'année prochaine et défendre mon titre. C'était un très bon week-end pour moi et je suis très contente d'avoir choisi de venir à Caen. Audrey a joué un très bon tennis, j'étais heureuse d'avoir gagné le premier set car c'était très serré. J'ai réussi à élever mon niveau de jeu à la fin. » Elina Svitolina s'est offert une jolie parenthèse en pleine préparation de la saison prochaine de l'Open d'Australie où elle nourrira de solides ambitions.     Pour Audrey Albié, satisfaite à juste titre du niveau de jeu produit, l'expérience caennaise restera un grand moment. « Des tournois français comme ça, il n'y en a pas beaucoup. Comme je l'avais dit à mon coach, c'est pour ce genre de tournoi qu'on fait du tennis. C'était déjà quelque chose de fort pour moi que de battre Pauline, une top 100 pour la première fois de ma carrière. Et là, jouer une top 10 à Caen, je vais me souvenir de ce tournoi pendant un petit moment ! » Le public caennais a apprécié lui aussi si on en croit les retours entendus. Le coup d'essai est réussi !  

Lire…

Vidéo Voir Tout

Les Photos

Contactez Nous

TSF 98
(Contact web)
  • 325 - Centre Commercial, Quartier des Belles Portes 14200 Hérouville Saint Clair contact@tsf98.com
  • 09.54.60.60.00